Santé Science & Conscience #12


Santé Science & Conscience #12

En stock

6,90
Le prix inclut la TVA mais pas la livraison .
Poids du colis: 200 g


VACCINATION : « DÉBAT ? VOUS AVEZ DIT DÉBAT ? » DÉBAT SCIENTIFIQUE OU DÉBAT POLITIQUE ?

Émissions de télévision, couvertures et gros dossiers dans la presse quotidienne et les magazines parisiens, polémiques et pétitions sur les réseaux sociaux : les interventions des dirigeants politiques, des chercheurs, des médecins et des associations familiales se sont multipliées ces derniers mois à propos de la vaccination et de l’extension de l’obligation vaccinale en France de 3 à 11 vaccins. Notre projet éditorial pour ce nouveau numéro de Santé Science & Conscience était de présenter de façon aussi objective que possible - et avec quelques semaines de recul par rapport au tsunami médiatique de la fin de l’été 2017 - les principaux éléments du débat sur la vaccination. Au-delà des prises de position tranchées, « pro » et « anti » vaccination, nous

avons souhaité fournir à nos lecteurs des informations solides et vérifiées pour permettre à chacun de préciser, nuancer, corriger ou confirmer ses choix et opinions sur la question. Avec le concours actif de nos rédacteurs et correspondants, médecins, naturopathes, scientifiques, nous avons voulu rassembler les éléments clés du débat scientifique sur la vaccination obligatoire. Vous trouverez donc dans notre dossier central consacré à la vaccination des informations et analyses variées, précises et « contradictoires ». Nous avons ensuite demandé à plusieurs de nos collaborateurs, des professionnels de santé ayant sur le sujet des opinions a priori diverses voire opposées, de nous relire et de nous conseiller avant de boucler le dossier. Nous avons reçu en retour plusieurs avis, références et propositions mais aussi plusieurs fois cette appréciation très encourageante : « ça fait réfléchir ! ». Car nous n’avons ici pas d’autre intérêt et pas d’autre ambition que de nourrir la réflexion. Quant au « débat scientifique sur la vaccination », notre conclusion est formelle : il n’y a pas de débat scientifique sur le sujet, seulement des opinions ! Les faits objectifs et vérifiables, les chiffres, les statistiques, les constats objectifs auxquels se réfèrent tant les partisans que les opposants de la vaccination et de l’obligation vaccinale sont les mêmes : ne s’opposent que les conclusions que chaque camp en retire selon ses opinions. Le débat ou plutôt la polémique ne concerne pas, en effet, les vaccins en tant que tels et leur validité, une question certes scientifique mais l’obligation vaccinale, une question de société et de droit. Une question politique, pas une question scientifique.

Le débat sur la vaccination est un débat politique et non un débat scientifique ! Politique au sens fondamental du terme, au-delà des choix partisans et des partis : comment gouverner la société au moyen de la loi. Le député de la droite souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et le mélenchoniste Alexis Corbière (Les Insoumis), bien que de bords opposés, ont d’ailleurs défendu une position proche l’un de l’autre contre les mesures coercitives voulues par le gouvernement. Sur Europe 1, NDA a expliqué pourquoi il « estime que l’industrie pharmaceutique n’a pas à imposer la vaccination de nos enfants » et a par ailleurs soutenu sur France Inter la position du Pr Joyeux : « Le Pr Joyeux dit que l’industrie pharmaceutique avec la complicité du ministère de la Santé a cessé la production d’un vaccin obligatoire, qu’il faut administrer à nos enfants, diphtérie-tétanos-polio, a détaillé le député de l’Essonne. Comme par hasard, ce vaccin à 7 Euros a disparu des pharmacies et a été remplacé par un vaccin à 42 Euros qui oblige à vacciner avec 6 vaccins notamment l’hépatite B qui n’est pas nécessaire ». Alexis Corbière n’a pas hésité à soutenir sur ce point son collègue de droite face à Agnès Buzyn, ministre de la santé :

« un débat approfondi doit avoir lieu sur ce qui constitue un vrai sujet d’inquiétude. Madame la ministre, vous avez affirmé à notre collègue Nicolas Dupont-Aignan qu’il était à la limite de la diffamation. Mais aujourd’hui, il existe un vrai problème concernant le lobby pharmaceutique, sur lequel il faudrait se pencher, en envisageant la création d’un vrai pôle public, indépendant de l’industrie pharmaceutique ». Et de préciser que dans les rangs de son groupe parlementaire FI comme plus largement dans l’assemblée, il n’y a pas un refus systématique de la vaccination mais « de grâce, ne caricaturons pas : il n’y a pas, d’un côté, ceux qui seraient favorables à la raison et, de l’autre, ceux qui soutiendraient l’obscurantisme. Ce n’est pas l’objet de la discussion et une telle interprétation serait insultante pour les uns et les autre... »

On a pu entendre, lors de ce débat parlementaire à l’Assemblée nationale des députés d’orientation diverses se soutenir mais aussi des députés du même mouvement majoritaire (LRÉM) s’opposer entre eux sur le sujet : tandis que Sylvain Maillard, député de Paris « La République en Marche » s’est illustré par cette formule choc comme quoi « il ne s’agit pas de débattre, mais de vacciner ! », sa collègue Blandine Brocard de « La République en Marche » du Bas-Rhin, membre de la commission des affaires sociales, a déclaré lors du débat : « ce sujet touche à la santé de nos enfants et de nos petits-enfants, notamment des nourrissons. La question, très sensible pour nos concitoyens, exige un vrai débat de qualité, mais ce débat n’a eu lieu ni devant nous ni devant les Français. Nous entendons s’exprimer des voix pour : des médecins, des experts, des hommes et des femmes politiques convaincus, de bonne foi, des bienfaits d’une vaccination généralisée et imposée. Nous entendons aussi des voix contre : d’autres médecins, d’autres chercheurs, qui peuvent émettre des doutes sur les effets secondaires de tel ou tel vaccin, ou mettre en avant un risque non prouvé mais constaté, comme celui inhérent à l’aluminium, entre autres. On a donc des pour, des contre, mais pas de débat entre les deux parties ». Et d’ajouter ce point.

Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi commandé

Poids du colis: 200 g
Poids du colis: 200 g
Poids du colis: 200 g
Poids du colis: 200 g
Poids du colis: 200 g
*
Le prix inclut la TVA mais pas la livraison .

Parcourir également ces catégories : Page d'accueil, Santé